Divers

Les sushis et les makis, des plats incontournables de la cuisine japonaise

Difficile de ne pas croiser un restaurant japonais en se promenant dans Paris ou à New-York, mais ce n'est pas tout, vous aurez également l'occasion de déguster des sushis ou des makis sur les marchés dédiés à la nourriture en Thaïlande par exemple ! En fonction de l'endroit où vous choisirez de manger des sushis et des makis, ils ne seront pas toujours aussi frais et savoureux, l'idéal étant de les déguster juste après leur confection, qui doit se dérouler devant vous si un maître en la matière s'en occupe. Toutefois, vous pouvez toujours savourer de délicieux sushis et makis un peu partout dans le monde.

Dans la région de Toulon par exemple, vous pouvez commander des sushis et makis sur Ollioules, Six Fours, Sanary ou encore manger des sushis et makis sur La Valette !

Quelle est la différence entre un sushi et un maki ?

Bien souvent, nous avons tendance à employer le terme « sushis » pour désigner tous les sushis et makis présents sur la carte des restaurants japonais. C'est là une petite erreur car les sushis et les makis n'ont pas grand chose en commun. En effet, un sushi se compose de riz collant assaisonné au vinaigre de riz et d'une tranche de poisson très frais posée sur le dessus.

Le maki, quant à lui, est présenté sous la forme d'une boule de riz entourée d'une feuille d'algue, le tout garni avec du poisson, de l'avocat, du concombre et bien d'autres produits frais. Si le sushi, quel que soit le lieu où il est dégusté dans le monde, reste assez traditionnel, le maki a évolué au fil des années et se décline de nombreuses manières en fonction du pays dans lequel il est proposé.

Quels sont les bienfaits de ces aliments ?

Les sushis comme les makis sont des aliments très sains composés de produits frais. Le riz va être riche en minéraux et possède un index glycémique élevé, idéal pour vous booster avant une longue après-midi de travail ! En ce qui concerne le poisson frais et cru, il va se révéler être une source d'Oméga-3 intéressante en plus d'être moins riche en graisses saturées que certaines viandes.

Les sashimis, seuls, sans ajout de sauce sont très intéressants nutritionnellement. On a du poisson avec les protéines et les oméga 3 que l'on doit avoir dans son alimentation. Les makis sont aussi intéressants, il y a du riz qui n'est pas en énorme quantité. Les sushis contiennent aussi du riz en quantité plus importante. L'ensemble est assez homogène.

Au supermarché, il faut bien regarder la liste des ingrédients. Plus la liste des ingrédients est longue, moins le produit est favorable pour la santé. Ces aliments sont trop transformés par l'industrie, Ainsi les sushis industriels peuvent conduire à une prise de poids car on mange trop souvent, d'autant plus qu'ils sont pauvres en légumes

Les légumes utilisés dans la réalisation des makis seront également de bons alliés pour votre santé !

Quelles précautions faut-il prendre avant de manger des sushis et des makis ?

Attention à bien choisir le lieu dans lequel vous allez déguster vos sushis et makis, le poisson cru étant très sensible, il se doit d'être très frais pour être consommé sans que cela soit dangereux pour la santé ! Notez que les restaurants sont très au fait des normes d'hygiène et ils sont désireux de conserver une excellente réputation, il y a donc peu de chances que vous soyez malade en consommant des sushis dans un tel endroit. Soyez en revanche prudence sur les marchés de nuit en Asie par exemple, les hautes températures extérieures pouvant altérer la conservation du poisson.

Qualités nutritionnelles évidentes, mais aussi sucre caché. Pour garder la ligne, les spécialistes conseillent de s'en tenir à deux plats de sushis par semaine. Pour éviter l'exposition aux métaux lourds que l'on peut retrouver dans les grands poissons gras comme le thon, l'Anses préconise aussi de ne pas manger plus de deux fois par semaine ce genre de poisson.  

En ce qui concerne les femmes enceintes, elles devraient dans la mesure du possible éviter de consommer du poisson cru afin de réduire les risques d'infection à la listériose.