Accueil Divers Les différentes étapes du deuil

Les différentes étapes du deuil

Les différentes étapes du deuil

Le deuil est le processus psychologique auquel nous sommes confrontés après une perte, un événement que nous vivrons tous, tôt ou tard, au cours de notre vie.

Par définition, la perte d’une personne ou de tout objet d'attachement provoque un deuil, bien que l'intensité et les caractéristiques du deuil puissent varier considérablement en fonction du degré d'attachement émotionnel à la personne ou l'objet, de la nature de la perte elle-même ainsi que de l'histoire antérieure et de la façon d'être de l'individu.

Bien que le deuil soit immédiatement associé à la mort, les pertes peuvent être très diverses : rupture, changement de résidence, changement de statut professionnel, maladie ou handicap fonctionnel, entre autres.

Les phases du deuil

Certains experts identifient cinq étapes qui se produisent, à un degré plus ou moins élevé, chaque fois que nous subissons une perte. Bien qu'elles puissent se produire successivement, ce n'est pas toujours le cas. Chaque processus, comme chaque personne, est unique.

Lors d’un décès, il est important de se faire aider par des professionnels pour la réalisation d’un service funéraire à Prévost comme ce serait le cas si vous habitiez au Québec.

1- Le déni

Le déni est une réaction très courante qui se produit immédiatement après une perte. Il n'est pas rare, lorsque nous vivons une perte soudaine, de ressentir un sentiment d'irréalité ou d'incrédulité qui peut s'accompagner d'un « gel » des émotions. Il peut se manifester par des expressions telles que "Je n'arrive toujours pas à croire que c'est vrai", "C'est comme si je vivais un cauchemar", ou même par des attitudes d'apparente "sérénité émotionnelle" ou d'agir "comme si rien ne s'était passé".

Le déni peut être plus subtil et se présenter de manière diffuse ou abstraite, en minimisant la gravité de la perte ou en ne supposant pas qu'elle soit irréversible, alors que c’est le cas dans de nombreux cas.

2- La colère

Souvent, le premier contact avec les émotions après le déni peut prendre la forme de la colère. Des sentiments de frustration et d'impuissance sont activés, ce qui peut aboutir à l'attribution de la responsabilité d'une perte irrémédiable à un tiers. Dans les cas extrêmes, les personnes sont incapables de surmonter leur chagrin parce qu'elles sont piégées dans un deuil continuel qui les empêche de dire adieu à l'être aimé.

3- La négociation

Au cours de la phase de négociation, les gens commencent à prendre conscience de la réalité de la perte et à réfléchir à ce qu'ils peuvent faire pour inverser la situation. Par exemple, lorsqu'une personne se voit diagnostiquer une maladie en phase terminale et commence à explorer les options de traitement, même si elle a été informée qu'il n'y a pas de remède ou lorsqu'une personne croit qu'elle pourra récupérer une relation brisée si elle commence à se comporter différemment.

4- La dépression

Au fur et à mesure que le processus de deuil progresse et que la réalité de la perte est acceptée, on commence à prendre contact avec les implications émotionnelles de l'absence, qui se manifestent de diverses manières : chagrin, nostalgie, tendance à l'isolement social et perte d'intérêt pour la vie quotidienne. Bien que cette phase soit appelée "dépression", il serait plus correct de l'appeler "chagrin" ou "tristesse", perdant ainsi la connotation de quelque chose de pathologique. D'une certaine manière, ce n'est qu'en faisant le deuil de la perte que nous pouvons commencer le chemin pour continuer à vivre malgré elle.

5- L’acceptation

Cela implique l'arrivée d'un état de calme associé à la compréhension, non seulement rationnelle mais aussi émotionnelle, que la mort et les autres pertes sont des phénomènes inhérents à la vie humaine. On pourrait appliquer la métaphore d'une blessure qui finit par guérir, ce qui n'implique pas de cesser de se souvenir mais de pouvoir continuer à vivre avec.

Bien que le deuil soit un processus personnel, son aspect social est également important. Toutes les cultures ont développé des moyens de canaliser cette douleur par des liens communautaires (partage de la douleur avec d'autres) et par des élaborations symboliques qui donnent souvent un sens transcendant à la perte.

Lorsque le deuil se complique, il est important de demander de l'aide à son entourage et, si nécessaire, de faire appel à des professionnels de la santé mentale.

Vous aimerez aussi :