Santé

Le décollement de la plèvre, c'est grave ?

Le décollement de la plèvre est un trouble qui touche le poumon. Connu également sous le nom de pneumothorax, il se caractérise par l’entrée de l’air dans la plèvre. Dans la majorité des cas, on constate une infiltration d’air dans les deux feuillets de la membrane des poumons. En temps normal, ces deux feuillets qui recouvrent la partie interne de la cage thoracique et la partie externe des poumons se collent l’un à l’autre. Au moment de la respiration (l’inspiration et l’expiration), la cavité pleurale, l’espace qui sépare ces deux membranes très fines n’est pas encore rempli d’air. Elle est encore constituée de ce que l’on appelle « liquide pleuval » qui sert à prévenir les risques de frottements entre les deux plèvres. Mais il arrive parfois que ce petit espace soit constitué d’air ou de gaz. C’est à ce moment-là que l’on est en présence d’un décollement de la plèvre.

Quels sont les symptômes d’un décollement de la plèvre ?

Le décollement de la plèvre se manifeste généralement par :

  • La sensation de douleur au poumon qui se caractérise par une oppression au niveau de la poitrine (la douleur peut être gênante ou violente selon les cas).
  • La difficulté à respirer qui survient surtout pendant l’inspiration. Cette difficulté à respirer peut-être la cause d’un manque d’oxygène, une perte de la conscience, l’accélération de la respiration, voire à des troubles de l’anxiété et de l’angoisse.
  • La toux sèche qui peut s’accompagner d’une accélération du rythme cardiaque (dans ce genre de cas, la maladie ne doit plus passer inaperçue).

Quelles peuvent être les causes d’un pneumothorax ?

Les causes d’un épanchement pleural varient généralement en fonction du type de la maladie :

  • Le pneumothorax idiopathique, appelé aussi pneumothorax primaire est la forme la plus répondue du trouble. Il survient immédiatement lorsqu’une bulle est rompue dans l’organe pulmonaire. Les jeunes personnes sont les plus touchées, surtout si elles fument ou si elles ont une physique assez fine ou élancée.
  • Le pneumothorax secondaire est par contre dû par certaines maladies, telles que le fibrome pulmonaire, l’asthme, le cancer, et bien d’autres encore. Il ne concerne donc pas beaucoup de personnes, mais seulement une frange d’entre elles, surtout si elle est touchée par ces maladies à l’origine du décollement de la plèvre.
  • Le pneumothorax traumatique comme son nom l’indique est causé par les blessures à la suite d’un accident.

Quels traitements lors d’un décollement de la plèvre ?

Le traitement du décollement de la plèvre dépend normalement du type de maladie contractée par la personne. Si l’on fait face par exemple à un pneumothorax primaire, alors, la guérison sera rapide, puisqu’il suffit de se donner quelques jours de repos tout en prenant des antidouleur et d’attendre. Cependant, si le problème est plus important, c’est-à-dire s’il est causé par un accident ou encore par une autre maladie. Dans ce cas, il faudra évacuer rapidement l’air dans les plèvres à l’aide d’une aiguille fine ou d’un drain. Cette procédure est essentielle afin d’éviter que les symptômes ne se compliquent pas et de prévenir les éventuels problèmes. Et en cas de récidive, une intervention chirurgicale peut être effectuée. Quoi qu’il en soit, il est aussi possible d’éviter de contracter la maladie, en adoptant les bons gestes. En effet, mieux vaut prévenir que de guérir.

Comment prévenir le décollement de la plèvre ?

Comme toute maladie, on peut très bien éviter le décollement de la plèvre en adoptant les bons gestes, tels que :

  • Arrêter de fumer, surtout si l’on avait déjà été atteint de la maladie une fois. Tout simplement parce qu’elle peut s’aggraver et causer des douleurs encore plus violentes.
  • Limiter la plongée sous-marine. Ce geste est même déconseillé pour ceux et celles qui ont déjà souffert du décollement de la plèvre auparavant.
  • Limiter les activités qui sollicitent trop les poumons, comme la corde à sauter, l’escalade, etc.

Le traitement des maladies à l’origine du pneumothorax, surtout s’il touche une jeune personne.