Accueil Santé Adénopathie : comment se soigner ?

Adénopathie : comment se soigner ?

Adénopathie : comment se soigner ?

Les ganglions sont répartis dans divers endroits du corps et jouent un grand rôle dans le maintien du système immunitaire. Mais généralement discrets, les ganglions peuvent prendre du volume. On parle alors d’adénopathie. Qu’est-ce qu’une adénopathie ? Pourquoi les ganglions augmentent-ils ? Comment se fait le diagnostic d’une adénopathie ?

Qu'est-ce qu'une adénopathie ?

Une adénopathie est une hypertrophie d’un ou de plusieurs ganglions lymphatiques. L’adénopathie peut toucher les ganglions de façon simultanée. Les hypertrophies ganglionnaires peuvent être classées en deux groupes. Les adénopathies palpables situées au niveau des ganglions du cou, de l’aine, des aisselles et des clavicules sont appelées adénopathies superficielles. À l’inverse, les adénopathies profondes concernent les ganglions du thorax et de l’abdomen.

Pourquoi les ganglions augmentent-ils ?

Les ganglions peuvent prendre du volume dans diverses conditions. Étant des organes de défense de l’organisme, les ganglions se gonflent lorsqu’il y a invasion des agents pathogènes (bactéries, virus, parasites). L’adénopathie est donc la conséquence d’une infection virale, bactérienne ou parasitaire. L’hypertrophie des ganglions peut aussi indiquer un cancer, une maladie auto-immune, ou une leucémie.

Quand consulter le médecin ?

Il est important de poser le diagnostic ganglionnaire à temps. Mais la consultation n’est pas toujours urgente, car certaines adénopathies sont bénignes. Cependant, une consultation sera nécessaire lorsque l’adénopathie se prolonge ou devient très sensible. Un avis médical est aussi important si le ganglion est dur ou suppure et est accompagné de fièvre.  

Comment se fait le diagnostic d’une adénopathie ?

Le diagnostic de l’adénopathie se fait en fonction des causes et des symptômes que présente le patient. Dans un premier temps, le diagnostic repose sur la palpation des ganglions s’ils sont superficiels. Ceci permet d’avoir une idée de la taille et de la forme du ganglion. Lorsque la cause du gonflement n’est pas détectée, le diagnostic de l’adénopathie se fait également par un examen sanguin ou une radiographie.

Par ailleurs, lorsqu’un cancer ou une maladie grave est suspecté, le médecin fait une biopsie ganglionnaire. C’est généralement le cas lorsqu’il s’agit des adénopathies profondes. Le diagnostic peut être complété par une IRM ou une tomodensitométrie.

Quels sont les symptômes d’une adénopathie ?

Les symptômes ne sont pas les mêmes pour toutes les adénopathies. Étant une réaction inflammatoire, l’adénopathie s’accompagne généralement de fièvre et de rougeur ou d’éruption cutanée. L’adénopathie peut aussi engendrer une transpiration excessive. Le ganglion qui prend du volume peut être dur ou mou selon le cas. Il peut y avoir des douleurs articulaires, une fatigue, et une altération de la santé. Lorsque les adénopathies sont profondes, le patient peut avoir des essoufflements et des douleurs thoraciques.

Comment se fait le traitement d’une adénopathie ?

Le traitement de l’adénopathie dépend du trouble ganglionnaire. Lorsque l’adénopathie est la conséquence d’une infection, le traitement est facile. En fonction du type d’infection, le médecin va prescrire des antiviraux, des antibiotiques ou des antiparasitaires.

Dans le cas d’un cancer, on a recours à une chimiothérapie ou à une radiothérapie. Un curage ganglionnaire est aussi possible quand les cellules malignes ont envahi les ganglions. Un drainage sera fait pour un abcès. L’homéopathie est également efficace pour le traitement d’une adénopathie.

Quels sont les types d’adénopathies ?

Il y a plusieurs types d’hypertrophie ganglionnaire. La différenciation se fait en fonction de la localisation, et de la cause du gonflement.

Adénopathie satellite

On parle d’adénopathie satellite lorsque l’inflammation du ganglion est due à une infection ou à une tumeur présente sur des organes alentour. Par exemple, une plaie sur le bras peut faire gonfler le ganglion du coude.

Adénopathie inguinale

On parle d’adénopathie inguinale lorsque les ganglions de la région inguinale prennent du volume. Dans ce cas, l’adénopathie est une réponse à une infection des organes localisés près de l’aine : les jambes, les pieds, la région pelvienne, etc.

Adénopathie hilaire

L’adénopathie hilaire est une adénopathie profonde. Dans ce cas, ce sont les ganglions situés dans les grosses bronches pulmonaires qui prennent du volume. Il peut survenir après une infection ou un cancer des poumons. Le diagnostic est posé après une radiographie.

Adénopathie occipitale

On parle d’adénopathie occipitale, lorsque les ganglions de l’occiput situés derrière la tête grossissent et deviennent palpables. C’est le ganglion de la nuque qui est souvent affecté.

Adénopathie axillaire

L’adénopathie est dite axillaire, lorsque les ganglions axillaires c’est-à-dire des aisselles prennent du volume.

Adénopathie médiastinale

On parle de l’adénopathie médiastinale, lorsque le gonflement a lieu dans le médiastin. Notons que la zone médiastinale est située entre la cage thoracique et les poumons.

Adénopathie cervicale                                                    

L’adénopathie cervicale est un gonflement des ganglions de la région cervicale. Il s’agit du ganglion du cou, des ganglions de la tête ou de la région ORL. Ces adénopathies peuvent apparaître suite à une angine, à un abcès ou à toute infection ou maladie de la sphère ORL.

Adénopathie troisier

L’adénopathie du troisier concerne le creux de la clavicule gauche. Cette adénopathie peut indiquer un cancer de l’estomac, du pancréas, des reins, des testicules, etc.

Les ganglions sont des organes qui jouent un rôle prépondérant dans l’organisme. L’augmentation du volume du ganglion peut être bénigne, mais peut également donner l’alerte sur un trouble ou une maladie grave. Le diagnostic doit vite être posé.

Vous aimerez aussi :