Divers

Concours d'aide soignante : Les infos pour se préparer

Pour dispenser de la formation pour le parcours d’aide-soignant, un concours d’entrée est obligatoire. Pour gagner ses éperons, il va falloir connaître certaines informations.

Le concours d’aide-soignant pour intégrer l’IFAS

Les IFAS (Institut de formation des aides-soignants) disposent de leur propre programme d’admission au concours d’aide soignante. Il y a jusqu’à ce jour environ 420 IFAS en France. Une promotion compte environ 50 à 80 étudiants. Il peut y avoir une ou deux vagues (janvier et septembre) selon l’institut. L’épreuve écrite se déroule entre janvier et mars. Ceux qui réussissent cette étape sont assignés à l’épreuve orale qui se tient entre mars et juin.

 Mais vue l’ampleur des demandes, les candidatures sont ouvertes neuf à onze mois à l’avance. Il est souhaitable de passer plusieurs concours dans plusieurs instituts pour augmenter la chance d’admission et bénéficier d’un panel de choix plus large sur le lieu. Il faut de fait prendre un élan d’avance avec la préparation pour ne pas rater le coche. A l’issu de la formation aide soignante d’une année, le participant décroche le diplôme d’Etat d’aide-soignant (DEAS).

Tout sur les conditions et les modalités d’admission

Le concours d’aide-soignant est ouvert à tout le monde, que ce soit pour les filles ou les garçons. Il ne requiert pas non plus de niveau d’étude ni de diplôme. La seule condition d’éligibilité est d’avoir au moins 17 ans à l’entrée à la formation. Il se décompose deux niveaux : l’écrit et l’oral. En revanche, les impétrants disposant d’un titre ou d’un diplôme homologué (bac, diplôme du secteur sanitaire ou social, diplôme étranger d’accès en études universitaires, étudiant ayant passé la première année d’IFSI mais ayant redoublé, etc.), ils seront dispensés de l’épreuve écrite d’admissibilité. Néanmoins, les professionnels de services hospitaliers bénéficient de cas particuliers (article 13 bis du décret du 3 août 2007).

Quels sont les épreuves de sélection ?        

L’écrit se décompose en deux parties se déroulant pendant deux heures :

  • Un texte de culture générale : C’est un texte d’une page au maximum portant sur un sujet de connaissance générale et d’actualité sanitaire ou sociale. Le participant doit à cet effet commenter le texte et en dégager les fils directeurs. Le texte se porte en général sur les sujets d’actualités sanitaires publiques et internationales. A titre d’exemple, les sujets suivants sont les plus fréquents : le tabagisme et l’alcoolisme, les OGM (Organismes génétiquement modifiés), le SIDA, l’obésité, le cancer, l’euthanasie, l’explosion démographique, l’hygiène, l’environnement, l’adoption, etc.
  • Dix questions succinctes : C’est une série de 10 questions se portant sur les connaissances en science (biologie et anatomie humaine, opérations numériques, conversions et mathématiques) du concourant.

En réalité, le niveau de difficulté des épreuves d’admission est sensiblement facile (programme du niveau de 3ème). Il faut maîtriser les opérations de base en mathématiques, les conversions d’unité de mesure (surface, poids, vitesse, volume, métrique, etc.) et la résolution de problème.

En parallèle, l’oral est un entretien d’environ 20 minutes portant sur les sujets d’actualités sanitaires et sociales. Cette étape nécessite davantage de gymnastique intellectuelle. En premier lieu, le participant tire un sujet au sort. Il disposera ensuite d’une demi-heure pour préparer, développer, expliquer et argumenter, pour en procéder à la présentation à haute voix. L’épreuve se termine par une série de questions réponses avec le jury. Généralement, la présentation se fait pendant les dix premières minutes, les dix minutes restantes sont consacrées à un entretien où le jury cherchera à demander la motivation du candidat à passer l’examen. Avant de passer l’oral, il faut déjà être clair sur son choix d’intégrer une ecole aide soignante et bien connaître dans quoi s’engager.

L’entretien individuel est en général du même ordre que les questions à l’écrit. La rigueur d’analyse et l’argumentation sont les pôles essentiels de l’évaluation du jury. Il faut tâcher alors de ne pas faire un hors sujet. Ainsi, l’aisance d’expression doit également être au point.

Comment réviser et préparer efficacement le concours ?

Pour augmenter les chances d’admission, voici quelques astuces.

  • Suivre les prepa concours aide soignante: les IFAS donnent en général des préparations aux concours d’admission sur une durée de 5 à 6 mois d’une durée totale d’une centaine d’heures. Cela permet de s’entraîner dans les normes, et permet de faire des simulations en présence de jury. Seulement, il faudra débourser dans les 800 à 1200 euros.
  • Utiliser les bons moyens : Il existe des livres, des formations en e-learning, les anales des précédents concours mais encore des cours préparatoires à cet effet.
  • Réveiller sa curiosité et son intérêt: Il faut avoir le sens de la recherche et de la curiosité. Les journaux, les magazines, le journal télévisé, les documentaires, … sont ainsi les meilleures sources d’inspiration. Internet est également votre ami pour s’exercer et puiser encore plus d’informations. Les fiches de révision sont ainsi utiles pour faciliter la mémorisation.
  • S’entraîner à la présentation orale : L’exercice sera le meilleur remède. Il faut alors s’entraîner de temps en temps sur divers sujets devant les membres de sa famille ou ses amis.

Marquer les points pendant l’oral : Le jury va chercher à savoir le parcours et les motivations du candidat. Il faut alors bien se renseigner sur le métier d’aide-soignant (fiche métier, missions, conditions de travail, etc.) et être clair sur son objectif professionnel.