Divers

Une naissance qui donne des ailes

La naissance d’un enfant en plein vol est toujours définie comme étant un heureux accident. En effet, ce type de situation n’arrive pas souvent. Pourtant, il arrive que le bébé naisse alors qu’il est en plein vol. A ce moment, il dispose de plusieurs avantages. Naître en plein vol n’est pas forcément le rêve de tous parents. Après tout, un avion n’est pas le lieu propice pour cela. Seulement, ce type d’accident peut donner lieu à divers avantages pour bébé. Des mythes circulent, d’ailleurs, à ce sujet.

Les avantages du bébé

Donner naissance en plein vol à bord d’un avion n’est pas une situation mondaine. Pourtant, malgré sa rareté, il peut arriver que bébé vienne au monde dans les airs. D’ailleurs, il y a une belle histoire de bébé à lire ici à ce sujet. Une fois au monde, bébé dispose de plusieurs avantages offerts par la compagnie aérienne qui s'est chargée du vol, mais aussi par le pays que l'avion survole. Avant tout, il y a le mythe des billets gratuits à vie pour l’enfant octroyé par la compagnie aérienne. Cette vérité est bel et bien une légende urbaine. Certes, il est arrivé plusieurs fois que des compagnies comme la Jet Airways offre la gratuité à un enfant né à bord d’un de ses avions. Seulement, cela dépend entièrement de la compagnie et non de la situation. Après tout, elle est parfaitement libre de donner ou non cet avantage. Aussi, aucune véritable loi ne régit ce type de situation. Généralement, dans cette situation, la compagnie donne des cadeaux et des billets aux parents et non pas la gratuité à vie pour l’enfant. Dans le cas de l’Air France, elle n’offre aucun billet gratuit ! Par contre, une bonne bouteille en guise de cadeau n’est pas une hypothèse à exclure. Sinon, l’autre mythe brisé concerne la relation du commandant avec l’enfant. Les rumeurs veulent que le commandant devienne automatiquement son parrain. Pourtant, cette affirmation est tout à fait fausse ! Pour la British Airways, une compagnie d’envergure en Europe, elle n’offre aucun bénéfice spécifique aux nouveau-nées dans les airs non plus. Certes, dans les années 50, de vrais avantages avaient été offerts. Seulement, plus aucune compagnie n’encourage la naissance dans les airs de nos jours.

Les détails de la naissance

Un enfant qui naît sur terre a droit à une nationalité. Cependant, si le bébé vient au monde sur un bateau ou dans un avion en plein vol. Sa nationalité dépendra du pays où l’avion est enregistré. Les détails sont donnés par l’article 3 de la convention sur la réduction des cas d’apatride. Par contre, le texte ne prend en compte que 37 pays, dont la France, qui ne l’a pas ratifié ! D’ailleurs, le ministère de la Justice espagnole affirme qu’un avion est comme l’extension du territoire. Si les parents sollicitent une compagnie aérienne de leurs pays d’origine, l’enfant aura la même nationalité que l’avion ! Penser que l’enfant aura donc la nationalité du pays que l’avion survole est faux ! Aux USA, le 14 -ème amendement dit que si l’enfant est née dans l’avion alors qu’il survolait le territoire américain, il aura automatiquement la nationalité américaine. Pour faire valoir ce droit, il suffit d’en faire la demande à l’Etat américain. Concernant le lieu de naissance inscrite sur la carte d’identité ainsi que l’acte de naissance de l’enfant, il concernera l’arrivée du vol. Dans l’exemple de la petite fille née sur le vol Malaba-Madrid, son lieu de naissance est donc Madrid. Cette affirmation est vraie en Espagne, mais en France, la loi ne prend en compte que les naissances survenues en mer et non dans les airs. Pour la Suisse, il est impératif que la naissance soit enregistrée par l’officier de l’état civil dans l’arrondissement le plus proche du lieu d’arrivée de l’avion. Le lieu de naissance dépend donc entièrement du pays qui accueille le nouveau-né puisque la législation de chaque pays n’est pas forcément la même face à cette heureuse situation.